Serge Pey

Poète, Artiste

Serge Pey est né dans une famille ouvrière d’une cité de Toulouse. Enfant de l’immigration et de la guerre civile espagnole, son œuvre qui débute dans les coursives des immeubles, se nourrit de la lutte antifranquiste et les mouvements de mai 1968.

Lorca, Whitman, Machado, Rimbaud, Villon, Baudelaire, Jarry, Tzara, Artaud, les chamanes et les troubadours nourrissent sa poésie d’action.

Il fonde les éditions Tribu et publie aussi bien Bernard Manciet que le Sixième Dalaï Lama, Allen Ginsberg, Armand Gatti ou qu’Henri Miller et Vaclav Havel …

Sa poésie se définit comme le passage entre écriture et oralité et son rythme fait appel à toutes les ressources du corps et de la transe.

Ses récitals avec Allen Ginsberg ont illustré la force de son engagement de « mystique athée », sa connaissance de la théologie négative d’Angélus Silesius, de celle de Spinoza, du matérialisme de Lucrèce et des pratiques hallucinogènes des indiens Huichols …

Ses bâtons, où les poèmes sont gravés et peints sur des branches de châtaignier ou de noisetier, sont des métaphores de la poésie qui est une manière de marcher dans la vie autant qu’un cahier d’écriture.

Barricade au milieu de la « poésie poétisante », sa poésie radicale ne s’arrête pas à la publication d’un texte. Elle accompagne son chemin de poète dans le partage des luttes des peuples du monde, à Prague, Varsovie, Santiago du Chili, Mexico, Palestine …

Poète de la mise en espace de la langue, une partie de son œuvre a été présentée dans divers salles de théâtre, Serge Pey également poète de la performance, est le fondateur et l’initiateur du mouvement des marches internationales de la Poésie.

Ses performances ont été présentées au Centre Georges Pompidou, mais aussi à New York, Rome, Tokyo, La Havane, Berlin, Alger, Santiago du Chili, Amsterdam, Venise, Mexico, Pékin, Aden…

Sa poésie n’est pas une forme codifiée d’une catégorie de l’expression littéraire mais s’ouvre aux arts plastiques et ses œuvres ont été accueillies dans de nombreux musées.

Serge Pey soutint une thèse en Histoire sur l’agitation et la propagande et d’une autre sur la poésie d’action contemporaine : La Langue arrachée, critique de la raison poétique avant de devenir maître de conférences à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse.

De nombreux prix français et internationaux saluent son parcours de passeur de mots et d’actions.

Site Web

Découvrez :

Sur quelle table ronde il intervient et à quel moment il est en dédicace

SAMEDI 30 NOVEMBRE 2019

Fiction et réalité du symbolique

 14.00-15.15

  • Salle Verte

SAMEDI 30 NOVEMBRE 2019

En dédicace

N.C.

  • Salle Bleue

Site conçu et réalisé par ©B.Com 2019